Fidélisation de la clientèle: 5 conseils pour renforcer la relation entre le patient et le cabinet médical
15. août 2017
Modèles numériques en orthodontie: Mesures diagnostiques
16. mars 2018

Mise en place d’un cabinet en orthodontie: Conseils pour l’ouverture d’un nouveau cabinet et la prise en charge d’un cabinet par un fiduciaire ayant une expertise sectorielle

L’accession à l’indépendance par l’ouverture ou la reprise d’un cabinet d’orthodontie est toujours considérée comme l’un des jalons les plus importants de la carrière professionnelle d’un orthodontiste. Il passe ainsi du statut d’employé à celui d’entrepreneur et d’employeur. D’une part, cela implique une plus grande responsabilité et un risque plus élevé – mais d’autre part, cela signifie aussi plus de possibilités et plus de flexibilité grâce à l’indépendance. Il vaut la peine d’aller vers l’indépendance! Cependant, chaque orthodontiste devrait bien préparer cette étape importante. Parce que chaque fondation d’une entreprise est associée à certains risques.

 

Nouvelle ouverture vs. acquisition: investissements, avantages et inconvénients

La question de savoir s’il est moins cher de reprendre une entreprise existante que d’en créer une nouvelle ne peut être répondue universellement. L’évaluation correcte du marché est cruciale lors de l’ouverture d’un cabinet. Le potentiel actuel et futur du patient et la situation concurrentielle sont parmi les critères décisifs.

Lorsqu’un nouveau cabinet d’orthodontie est ouvert, l’ensemble des coûts de construction et d’aménagement du cabinet sont généralement engagés dès le début de l’activité du cabinet; l’aménagement de la deuxième/troisième salle peut être échelonné. Il en résulte une charge financière élevée et le risque qui y est associé. Toutefois, étant donné qu’aucune donnée de base patient n’est généralement acquise, il n’y a pas de paiement pour l’écart d’acquisition.

Dans le cas d’une reprise de pratique, le prix d’achat du cabinet existant est initialement dû. Il est souvent possible d’acquérir des locaux à rénover et des installations plus anciennes à des prix avantageux. Un écart d’acquisition d’un à trois mois de chiffre d’affaires (lié aux services d’orthodontie) est requis pour la clientèle existante. Les autres avantages de la reprise d’un cabinet par rapport à l’ouverture d’un nouveau cabinet sont, en plus de la reprise de la base de patients existante, un temps de planification plus court, le démarrage d’un cabinet indépendant avec l’aide d’une équipe expérimentée et la reprise des processus organisationnels et des flux de travail existants.

Dans les régions et les endroits qui ont tendance à être bien desservis et où le marché ne peut pas être clairement évalué, il est généralement conseillé de reprendre un cabinet. L’accès direct au travail en cabinet avec une clientèle existante réduit le risque d’une longue période de démarrage au cours de laquelle il n’y a que peu de revenus. Dans les régions mal desservies qui ont clairement besoin d’une pratique orthodontique supplémentaire, la présence d’une base de patients existante joue un rôle mineur et la bonne volonté est donc moins valorisée.

 

Autres aspects importants pour une décision en toute sécurité

Lors de la reprise d’un cabinet, le personnel existant (obligatoire en vertu de l’art. 333 du Code suisse des obligations) ainsi que l’organisation de la pratique et les processus de travail bien coordonnés sont généralement repris.

La propriété de la totalité de l’inventaire du cabinet d’orthodontie est transférée à l’acheteur lors de l’achat du cabinet. Afin d’éviter tout malentendu après la signature du contrat, une liste d’inventaire distincte devrait être ajoutée au contrat d’achat. Cela peut être fait en joignant l’estimation de la pratique à l’annexe.

Les patients devraient être informés de l’acquisition par une lettre conjointe de l’acheteur et du vendeur. Une autre partie importante du contrat est l’accord du vendeur de remettre le numéro de téléphone du cabinet, le site web et éventuellement le logo du cabinet à l’acheteur.

L’expérience a montré que les reprises pratiques sont plus harmonieuses si le vendeur se retire de l’entreprise à la date de transfert et est toujours disponible sur appel pendant un court laps de temps si nécessaire. Les scénarios de transfert avec des années de coopération sont souvent conflictuels, car les styles de travail et de gestion de deux orthodontistes sont rarement compatibles.

 

Comment fonctionne le processus d’achat?

L’achat d’un cabinet existant se déroule généralement selon les étapes suivantes : l’orthodontiste A s’intéresse à la pratique B. Les documents suivants sont nécessaires pour évaluer la recouvrabilité:

  • Estimation de la pratique actuelle selon les normes SSO
  • Copie du contrat de location en cours
  • Liste avec des informations sur le personnel (fonction/charge de travail/salaire)
  • Plans des locaux
  • Statistiques du chiffre d’affaires des 3 à 5 dernières années (qui réalise quel chiffre d’affaires)
  • Éventuellement les 3 à 5 derniers états financiers annuels
  • Indication du prix de vente souhaité

L’orthodontiste A vérifie ces documents avec l’aide d’un mandataire qui connaît bien l’industrie et reçoit ainsi des informations sur tous les points sensibles qui devraient être clarifiés et, si possible, éliminés lors de la phase de négociation ultérieure. Dès que le financement et le nouveau bail ont été conclus, la convention d’achat pour l’achat du cabinet peut également être signée. Le transfert des avantages et des risques est également le point de départ des activités pratiques de l’acheteur.

Il est important de s’assurer qu’après le transfert du cabinet, le vendeur ne retourne pas travailler comme orthodontiste au même endroit ou dans la même région. Cela se fait par le biais d’une « clause de concurrence » dans le contrat. Si un tel accord contractuel n’est pas respecté, la valeur du dossier du patient peut diminuer considérablement – et donc le revenu anticipé par l’acheteur.

 

Ouverture ou reprise du cabinet par deux orthodontistes

De plus en plus souvent, les pratiques orthodontiques sont fondées ou reprises par deux orthodontistes. Dans ce cas, il est avantageux de commencer à rédiger les pierres angulaires d’une convention de partenariat le plus tôt possible. Entre autres choses, la répartition des coûts ainsi que les clauses de retrait et de résiliation sont d’une grande importance. La conclusion d’un accord de partenariat permet de conclure d’importants accords de coopération et de pratiques communes.

 

Soutien professionnel pour l’établissement réussi de votre cabinet

Lorsqu’il s’agit d’établir votre propre pratique orthodontique, de nombreux critères doivent être pris en considération afin de prendre une décision sûre et durable. Il vaut la peine de demander l’avis d’un avocat ou d’un fiduciaire spécialisé et de faire examiner les aspects juridiques. Parce qu’avec une bonne préparation, vous ferez le pas vers l’indépendance beaucoup plus facilement et en toute sécurité.

En tant que fiduciaires spécialisés dans l’industrie, nous nous occupons depuis de nombreuses années des dentistes en Suisse lorsqu’ils créent leur propre entreprise. Nous sommes heureux de vous soutenir dans le processus de reprise de votre propre cabinet d’orthodontie – sur la base de nos nombreuses années d’expérience dans le démarrage d’entreprises.


Fichier original à télécharger / Lien


Cours: Création et gestion de cabinet


Il n'y a actuellement aucun événement offert dans cette catégorie.

Stefan Aregger
Stefan Aregger
Le jeune entrepreneur peut compter sur mon soutien personnels pendant la phase et au-delà du startup. En tant que gestionnaire de mandats et membre de la direction, je m'efforce d'établir avec nos clients une coopération de longue date basée sur la confiance.
X
X