« BEGG rencontre BENEfit »: Événement orthodontique unique en son genre à Bonn en juin.
31. mai 2019

Compliance au port de casque: résultats d’une étude récente avec 20 enfants

compliance au port de casque avec Smartgear

Toutes les données de cet article sont issues du rapport d’une étude clinique sur la compliance au port de casque menée pour le compte de la Société européenne d’orthodontie. Les auteurs de l’article publié par l’Oxford University Press en 2019 sont Luis Huanca Ghislanzoni, Sofian Ameur, Gregory S. Antonarakis et Stavros Kiliaridis.

Le but de cette étude était de décrire exactement comment le temps de port d’un casque requis par l’orthodontiste est respecté. Pour mesurer la durée de port, un dispositif qui réagit à la température et aux forces exercées a été utilisé sur une période de 8 mois.

 

Contenu de l’étude et méthodologie

Vingt enfants avec une malocclusion de classe II âgés de 8 à 12 ans ont été choisis au hasard et prospectivement. Tous les enfants – 11 filles et 9 garçons – étaient des patients de la Clinique universitaire de médecine dentaire de l’Université de Genève. La phase de recrutement a duré 9 mois en 2016 et la période d’observation a pris fin en septembre 2017.

Le casque était équipé d’un module électronique qui mesure la température et la force et enregistre les données toutes les 15 minutes. Il était considéré comme utilisé lorsque la force était supérieure à zéro et que la température était proche de la température du corps humain de 35 à 37 °C.

Afin d’évaluer la compliance au port, on a demandé aux jeunes patients de porter le casque durant 12 heures par jour pendant la période de 8 à 9 mois de l’étude. Tous les patients étaient informés de l’enregistrement et recevaient les mêmes instructions. Le comportement d’utilisation a été observé quotidiennement sur 24 heures. Enfin, l’ensemble des données recueillies auprès de tous les participants pendant la période d’observation a été analysé.

Les valeurs suivantes ont été déterminées lors de l’analyse:

  • Le nombre de jours pendant lesquels le casque a été utilisé
  • Le nombre d’heures par jour pendant lesquelles le casque a été porté
  • Le taux de compliance

Base de calcul du taux de compliance

Pour déterminer le taux de compliance au casque, il a été défini que 12 heures de port par jour correspondent à une compliance de 100 %.

 

Les résultats de l’étude de compliance au casque en bref

La durée moyenne du traitement avec le casque était de 8,4 mois. La durée moyenne de port était de 8,7 heures par jour les jours où le casque était utilisé, ce qui correspond à une compliance de 73 % par rapport aux 12 heures prescrites.

En fait, le casque n’a pas été utilisé du tout pendant 30 % des jours (une moyenne de 2,6 mois). Il n’a donc été utilisé effectivement que pendant 5,8 mois dans la période d’étude. Si l’on inclut ces jours de non-utilisation, la compliance moyenne tombe à 6,4 heures par jour, ce qui correspond à un taux de compliance de 54 %.

Avec cette compliance mesurée de 54 %, les résultats de l’étude actuelle sont très proches de la compliance de 50 à 55 % mentionnée dans la littérature.

 

La compliance au port de casque en fonction des mois civils, des jours de la semaine et de l’heure de la journée

Le taux de compliance restait constant avec 72 % en moyenne au cours des mois d’octobre à mai.

Compliance significativement plus faible en été

De juin à septembre, il est tombé à 33 % en moyenne. Durant les mois d’été de juillet et d’août – les vacances scolaires pour les élèves suisses – la compliance la plus basse a été mesurée. Ce résultat n’est pas surprenant, car la motivation des patients à coopérer diminue considérablement pendant leur temps libre. Certains participants à l’étude ont complètement oublié de porter leur casque pendant toute la période des vacances ou l’ont simplement oublié à la maison.

Près de 0 % de compliance au port de casque pendant la journée

Les résultats sont clairs : Le casque est utilisé presque exclusivement le soir et la nuit, l’utilisation pendant la journée est rare. Pendant les heures de nuit, de minuit à 7 h, le taux moyen de compliance était de plus de 50 %. Pendant la journée, il était presque nul, surtout entre 11 et 20 h. De 8 à 20 h, le casque n’a été porté en moyenne qu’une demi-heure. Cependant, le soir et la nuit, de 20 à 8 h, la moyenne est de 6 heures.

Faibles différences de compliance entre les jours de semaine et les fins de semaine

La comparaison des jours de semaine (du lundi au vendredi) et des fins de semaine n’a révélé qu’une très faible différence de 3 %. Le taux de compliance moyen était de 54 % pendant la semaine et de 51 % la fin de semaine.

 

Contexte de l’étude

Les casques continuent d’être un choix populaire dans le traitement des malocclusions de classe II chez les enfants. Selon un récent sondage, ils sont utilisés par 62 % des orthodontistes américains et canadiens(1).

Comme pour tout appareil amovible, la coopération du patient est un facteur clé pour atteindre les objectifs du traitement avec le casque. Les orthodontistes ont toujours été soucieux d’évaluer la coopération des patients – en anglais « Headgear Compliance » ou compliance au casque – afin de comprendre les raisons de résultats insatisfaisants du traitement et de ne pas les attribuer de manière injustifiée aux seuls facteurs biologiques.

Premières mesures de temps par Northcutt

En 1974, Michael Northcutt a introduit la mesure du temps en utilisant un dispositif de chronométrage pour casque(2) comme outil pour mesurer objectivement l’adhésion du patient au traitement. Il a constaté que si ses patients ignoraient l’enregistrement, ils déclaraient porter le casque pendant 11 heures par jour, alors que leur temps de port réel n’était que de 6,5 heures sur les 12 heures prescrites (54 % de compliance au port de casque).

Après avoir informé ses patients de l’enregistrement, il a observé un doublement de la durée d’utilisation hebdomadaire. La précision de ces chronométrages spécifiques au casque a ensuite été remise en question(3) puisque les patients ont tenté de falsifier les résultats. Néanmoins, l’apport de Northcutt (2) a eu un impact durable sur la recherche concernant le comportement de compliance.

Ses recherches ont montré que les méthodes indirectes d’évaluation de la compliance sont faibles et peu fiables. L’orthodontiste peut facilement déduire la compliance à partir de paramètres cliniques tels que l’ajustement de l’appareil, l’hygiène buccale, l’évaluation de la mobilité molaire, la distance entre les dents et la comparaison des progrès du traitement avec la documentation du traitement initial(4).

 

5 heures de différence entre la durée de port prétendue et la durée de port réelle

Les orthodontistes ont tendance à surestimer la compliance effective des patients au port de casque dans leurs prédictions (5). Les patients eux-mêmes et leurs parents s’avèrent encore moins fiables dans l’évaluation de la compliance. Ils rapportent que le casque est porté presque aussi longtemps que prescrit par l’orthodontiste (6,7 heures).

Écart le plus grand de la compliance au casque par rapport aux propres déclarations des patients

Les patients eux-mêmes ont tendance à déclarer qu’ils respectent en grande partie le temps de port requis par l’orthodontiste, surtout s’ils ne savent pas qu’il est enregistré. Les patients sont généralement le moins honnêtes dans l’évaluation de la durée réelle du port et donc le moins conformes(4). Un récent examen systématique de la compliance au port de casque a révélé une différence de 5,0 heures par jour entre le temps d’utilisation des appareils amovibles déclaré et celui évalué objectivement (6).

Certains auteurs confirment que la conscience de l’enregistrement du temps de port peut avoir une influence positive sur la coopération du patient(7). D’autres, cependant, qualifient d’incertain les preuves que la conscience de la mesure joue un rôle dans la compliance au port de casque(8,9).

 

Conclusion

Le but de l’étude discutée ici était de décrire de façon précise la durée de port du casque orthodontique sur une période de 8 mois en utilisant un dispositif sensible à la température et à la force.

La compliance est un facteur qui doit être soigneusement pris en compte lors de la planification de la correction d’une malocclusion de classe II par un casque, car le manque de compliance peut jouer un rôle important dans la réalisation des objectifs de traitement.

 

Références:

  1. Tüfekçi, E., Allen, S.B., Best, A.M. and Lindauer, S.J. (2016) Current trends in headgear use for the treatment of Class II malocclusions. The Angle Orthodontist, 86, 584–589.
  2. Northcutt, M. (1974) The timing headgear. Journal of Clinical Orthodontics, 8, 321–324.
  3. Banks, P.A. and Read, M.J. (1987) An investigation into the reliability of the timing headgear. British Journal of Orthodontics, 14, 263–267.
  4. Brandão, M., Pinho, H.S. and Urias, D. (2006) Clinical and quantitative assessment of headgear compliance: a pilot study. American Journal of Orthodontics and Dentofacial Orthopedics, 129, 239–244.
  5. Bos, A., Kleverlaan, C.J., Hoogstraten, J., Prahl-Andersen, B. and Kuitert, R. (2007) Comparing subjective and objective measures of headgear compliance. American Journal of Orthodontics and Dentofacial Orthopedics, 132, 801–805.
  6. Al-Moghrabi, D., Salazar, F.C., Pandis, N. and Fleming, P.S. (2017) Compliance with removable orthodontic appliances and adjuncts: a systematic review and meta-analysis. American Journal of Orthodontics and Dentofacial Orthopedics, 152, 17–32.
  7. Cureton, S.L., Regennitter, F.J. and Yancey, J.M. (1993) Clinical versus quantitative assessment of headgear compliance. American Journal of Orthodontics and Dentofacial Orthopedics, 104, 277–284.
  8. Arreghini, A., Trigila, S., Lombardo, L. and Siciliani, G. (2017) Objective assessment of compliance with intra- and extraoral removable appliances. The Angle Orthodontist, 87, 88–95.
  9. Hyun, P., Preston, C.B., Al-Jewair, T.S., Park-Hyun, E. and Tabbaa, S. (2015) Patient compliance with Hawley retainers fitted with the SMART(®) sensor: a prospective clinical pilot study. The Angle Orthodontist, 85, 263–269.

Fichiers originaux à télécharger / Liens


Cours: Efficacité de traitement


Il n'y a actuellement aucun événement offert dans cette catégorie.

Michael Eggimann
Michael Eggimann
Ce qui m'attire dans mon travail, c'est de décider librement du développement et du service de notre entreprise, le contact personnel avec nos clients, la complexité de l'orthodontie et les solutions et produits utilisés - la possibilité de développer et de façonner la culture de notre entreprise.
X
X